Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/175

Cette page a été validée par deux contributeurs.
103
ET AUTRES POÉSIES

CXX[1]

Le Roussellet

(fol. 62 v°)
Malleureux cueur, que veulx tu faire ?
Veulx tu tant a une complaire
Qu’un seul jour[2] je n’aye repos ?
Penser ne puis a quel propos
5Tu me fais tant de paine traire.

Nous n’avons ne joye[3] ne bien,
Ne toy ne moy, tu le scez bien ;
Tousjours languissons en destresse[4] :
Ta leauté ne nous vault rien,
10Et qui pis est, seur je me tien
Qu’il n’en chault a nostre maistresse.

Combien qu’ayez voulu parfaire[5]
Ses plaisirs, craignant luy desplaire,
Acroissant son bon bruit et los[6],
15Mal t’en est pris ; pour ce te los[7]
Que brief pensses[8] de t’en[9] retraire
Malleureux [cueur, que veulx tu faire ?]

  1. CXX. Ce rondeau se trouve aussi deux fois dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol. 4 et 86 ; il est imprimé dans Cent quarante-cinq rondeaux d’amour, n° 5.
  2. Ms. fr. 1719 (1) et 9223 Que jamais.
  3. Ms. fr. 9223 plaisir.
  4. Ms. fr. 1719 (1) tristesse.
  5. Ms. fr. 9223 deffaire. Ce vers et toute la fin manquent dans le ms. fr. 1719 (1).
  6. 145 rond. loy.
  7. 145 rond. ceste loy.
  8. Ms. fr. 9223 peusses.
  9. 145 rond. penser de te.