Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/171

Cette page a été validée par deux contributeurs.
99
ET AUTRES POÉSIES

CXV

Le Roussellet

(fol. 60)
Pour esloigner vostre gent euil,
Mon seul bien, tel[e] paine endure
Que ce sera grant aventure,
Se ne meurs des maulx que recueil.

5Helas ! mon Dieu, mais quel plaisir
Prennent ceulx qui ont ce desir
De m’ouster vostre compaignie,
Ne quel bien leur peult il venir
Ainsi de me faire[1] languir
10Et finer ma dolente vie ?

J’aperçoy tout cler que leur vueil
E[s]t de vouloir que plus ne dure,
Car par eulx j’ay a desmesure
Des douleurs dont je meurs de dueil,
15Pour [esloigner vostre gent euil.]

CXVI

Le Roussellet

(fol. 60 v°)
Quant jamais aultre bien n’aroye
Que d’estre advoué serviteur

  1. CXV. Ms. fr. 9223 De me faire ainsi.