Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/170

Cette page a été validée par deux contributeurs.
98
RONDEAUX

Vous en parlez[1], et je m’en tais ;
J’en ay le dueil, [et vous la joye,
J’en ay la guerre, et vous la paiz.]

Vous vous bangnez, et je me noye,
10Vous vous faictez, je me deffais,
Vous me blasmez, dont ne[2] puis mais,
Vous ne voulez, que g’y pourvoye ;
J’en ay le dueil, [et vous la joye,
J’en ay la guerre, et vous la paiz,
15J’en cours, et vous allez en paiz,
J’en ay courroux, qui vous resjoye.]

CXIV

Le Roussellet

(fol. 59 v°)
Veu qu’oncques mès ne vous meffis,
Si durs termes vous me tenez,
Qu’il me semble que mesprenez
Envers moy plus que je ne dis.

5Sur mon ame je m’esbays
Quel plaisir a ce vous prenez,
Veu qu’oncques mès [ne vous meffis.]

Conclusion : il m’est advis
Que tellement m’entretenez
10Et mon fait si mal comprenez,
Que jamais on ne pourroit pis,
Veu[3] [qu’oncques mès ne vous meffis.]

  1. Ms. fr. 9223 parler.
  2. Jard. de Plais. nen.
  3. CXIV. Ms. fr. 9223 Plus.