Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/168

Cette page a été validée par deux contributeurs.
96
RONDEAUX

CXI

C. Blosset

(fol. 58)
Las ![1] je fois dueil, quant je suis a par moy,
Et de le faire suis tenu, par ma foy,
Car je congnois ma fortune si grande
Qu’il[2] n’est heure qu’a ma mort je ne tande,
5Pour meptre fin en griefz maulx que reçoy.

— Combien me fauldroit il de temps
Pour bien vous raconter mes plains ?
— Par Dieu, ma dame, cent mil ans,
Ou quatre vings tout pour le mains.

10Par droibt souhet ainsi faire le doy ;
Et sur le Dieu seullement que je croy,
Ma maistresse, se par vous ne m’amande,
J’auray de brief ce que devant demande,
Pour me vangier du maleur que me voy :
15Las ! je fois [dueil, quant je suis a par moy.]

CXII

C. Blosset

(fol. 58 v°)
En actendant de noz maulx garison
Et delivrance de l’oscure prison

  1. CXI. Ms. fr. 9223 La.
  2. Ms. fr. 9223 Qui.