Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/164

Cette page a été validée par deux contributeurs.
92
RONDEAUX

CVI

Blosseville

(fol. 55 v°)
Pour le celer, mon dolent deuil,
Je fois semblant de ne voir d’euil
Chose nulle qui ne me plaise,
Mais rien n’est qui ne me desplaise,
5Tant ay d’ennuy dont fort me deuil.

Car le rebours de tout mon veuil
Ce fait, dont plusieurs maulx recueuil,
Et si couvient que je m’en taise,
Pour le celer, [mon dolent deuil.]

10Le desplaisir que j’en ac[u]euil
Me fait desirer mon cerc[u]euil,
Affin que ma douleur s’appaise ;
Car ainsi suis trop a mal aise,
Dont point de bruit faire ne veuil,
15Pour le celer, [mon dolent deuil.]

CVII

C. Blosset

(fol. 56)
A ceste foiz je me voy en la fonte
Si tresparfont, que plus je n’y voy goute :
Byse, galerne, or soufflez en la velle ;