Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/158

Cette page a été validée par deux contributeurs.
86
RONDEAUX

Ainsi m’aist Dieu, j’en suis tout merveillant,
5Quar tous ne sont que faulx semblans couvers.

Ceulx qui le font sont vestuz a l’envers,
Et a l’onneur ont donné d’un renvers,
Par quoy je doubte leur mortel dampnement,
Quant je suis [seul.]

10Ha ! mes amys, ne soyez[1] si parvers
Que vous n’ayez[2] vos esperiz ouvers
Pour bien amer et servir leaument ;
Se d’aventure le faictez aultrement,
J’entens trop bien que serez descouvers,
15Quant je suis [seul.]

XCIX

A. de Guise

(fol. 52)
Plus suis loingtain, [et] plus vous voir desire,
Plus en suis près, [et] plus mon mal empire,
Plus vous requier, plus Refus me deboute,
Plus m’en retray, [et] plus Desir m’y boute,
5Plus suis espris, plus crains a le vous dire.

Plus vois avant, [et] plus ay douleur pire,
Plus fort me dueil, [et] plus suis loing du myre,
Plus voy mon bien, plus ay grant crainte et doubte,
Plus [suis loingtain, et plus vous voir desire.]
 

  1. Ms. fr. 9223 soyer.
  2. Ms. fr. 9223 ayer.