Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/148

Cette page a été validée par deux contributeurs.
76
RONDEAUX

D’ung seul plaisir de ma maistresse ;
Sy en ai ge heu mainte douleur,
10En la servant, dont la couleur
Me change souvant de destresse.

Pour ce que myeulx vous me croyés,
Doubtant qu’ainsi estre doyés
Guerdonnés[1], comme j’ay apris,
15Gardés vous bien d’estre soupris,
Affin que mis vous ne soyés
En l’estat [ou vous me voyés.]

LXXXVII[2]

Jehanne Filleul

(fol. 46)
Helas ! mon amy, sur mon ame
Plus qu’aultre famme
J’ay de douleur si largement,
Que nullement
5Avoir confort je ne puis d’ame.

J’ay tant de dueil en ma pencée,
Que trespassée
Est ma[3] leesse depiecza :
A l’eure que m’eustes laissée
 Seulle esgarée,
Tout mon plaisir se trespassa.
 

  1. Ms. fr. 9223 Guerre donnes.
  2. LXXXVII. Ce rondeau se trouve aussi dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol. 121.
  3. Ms. fr. 1719 Si mest.