Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/132

Cette page a été validée par deux contributeurs.
60
RONDEAUX

Que ne voulez que je vous voye ;
Mon cuer s’en plaint, que vous envoyé :
5Aussi font les pouvres yeux myens.

Chascun jour je vois et reviens,
Regardant se je verray riens,
Ainssi que de coustume avoye :
C’est pour me [receller les biens.]

10Toutesfoiz, se nul n’en retiens,
Devant tout le monde maintiens
Que ja[1] veu j’en ay tel montjoye
Qu’on[2] ne pœut plus ; maiz quoy ? ma[3] joye,
Ce n’est pas cella ou je viens ;
15C’est pour me [receller les biens.]

LXVIII

Tannegui du Chastel

(fol. 37 v°)
Puis qu’en moy cuidez tant de biens,
Besoing m’est, ainsy que je tiens,
Qu’ung trait de vos yeulx brief me voye,
Car vostre cueur dire m’envoye
5Par le myen, qu’ilz[4] sont ja tous myens.

Et dont, quant si fort je reviens

    la Bibl. nat., fol. 44 ; on lit en marge du ms. fr. 9223 : « La response est de l’austre costé par la faulte du relieur ». Cette response de Tanneguy du Chastel que nous imprimons immédiatement après, est, en effet placée dans le ms. après la pièce LXIX.

  1. Ms. fr. 1719 jay.
  2. Ms. fr. 1719 Que.
  3. Ms. fr. 1719 mieulx.
  4. LXVIII. Ms. fr. 9223 Qui.