Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/129

Cette page a été validée par deux contributeurs.
57
ET AUTRES POÉSIES

LXIV

Anthoine de Guise

(fol. 34 v°)
Trop plus qu’a milliers et a cens
De douleurs en mon cueur je sers,
Et en tous sens
Vers moy viennent de toutes pars.
5Ha ! Mort, pour quoy [donc] ne me pars
En mille pars,
Pour poyer tes treheus et sens ?

Car la douleur qui m’est si prouche
Qu’aultre n’aprouche
10Est cause que l’on me reprouche
Par grant reprouche ;
Batu des verges de Fortune,
Je sui celluy qui tousjours couche
Dedans la couche
15De Desepoir, qui trop me touche,
Et suis la souche
A tout malheur et infortune.

Brief je suis au bout de mon sens,
Pour quoy, s’a mourir me consens
20Et me dessens,
Qui te tient que sur moy n’espars
Les assauls qu’en mains lieux depars
Et a ceulx pars
Qui souhaident en estre absens,
25Trop plus [qu’a milliers et a cens ?]