Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/128

Cette page a été validée par deux contributeurs.
56
RONDEAUX

LXIII[1]

Robertet[2]

(fol. 34)
En actendant garison ou la mort,
Au lit de pleurs ou je gis presque mort,
Douleur me mort
Et me tourmente desmesuréement,
5Et si[3] n’ay bien fors regret seulement
Incessaument,
Qui pour m’occire a me grever s’amort.

Hellas ! la cause qui tant me fait douloir,
E[s]t raisonnable, car de mon franc[4] vouloir
Pour bien vouloir
10Fors vous amer j’ay tout abandonné,
Pensant par vous amander et[5] valloir ;
Maiz il n’en veult a vostre cueur chaloir
Qui trop[6] valoir
15Pourroit au mien, s’il avoit ordonné.

Vostre plaisir si en soit fait au fort,
Maiz se je mœurs par faulte de confort,
On crira fort
Que vous avez souffert piteusement
20Mourir celuy qui tousjours loyaument
Et longuement
De vous servir a fait tout son effort,
En actendant [garison ou la mort.]

  1. LXIII. Ce rondeau se trouve aussi dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol. 138 v°.
  2. Ms. fr. 9223 robert tait.
  3. Ms. fr. 9223 si manque.
  4. Ms. fr. 1719 car mon frit je.
  5. Ms. fr. 9223 de.
  6. Ms. fr. 9223 tropt.