Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/127

Cette page a été validée par deux contributeurs.
55
ET AUTRES POÉSIES

10Pour abregier, je me tien bien joyeux
Qu’il[1] vous a pleu faire l’offre, a savoir :
Je change a vous.

LXII[2]

Blosseville

(fol. 33 v°)
Yeux aveuglés par force de desir,
Sans garison vous me faictes gesir
Au lit de pleurs pour ma tant assouvie ;
Bouté m’avez ou joye m’est ravie,
5En languissant sans avoir nul plaisir.

A vostre gré la me faictez choisir ;
Vivre m’en fault en trop grief[3] desplaisir :
[B]ien je congnoys qu’il fault que j’er desvye,
Yeux aveuglés.

10Loing d’elle suys, et trestant la desir,
Ou que je soye, que n’ay pas le loysir,
S’a part ne suis, de mauldire ma vie ;
Et de mourir certez j’ay grant envie,
Tant me viennent[4] de maulx pour vous saisir,
15Yeux aveuglés.

  1. Ms. fr. 9223 Qui.
  2. LXII. Ce rondeau se trouve aussi deux fois dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol. 42 et 134.
  3. Ms. fr. 1719 (1) et (2) grant.
  4. Ms. fr. 1719 (1) revient.