Page:Anonyme - Le roman d'Aquin ou La conquête de la Bretaigne par le Roy Charlemaigne.djvu/359

Cette page n’a pas encore été corrigée
225
et de personnes

Conayn ou Coneyn de Léon, 64, 741 ; Conan, nom typique, issu de la légende de Conan Mériadec.

Cordes, 703, Cordoue. (Cf. Léon Gautier, Roland, notes p. 99.)

Corengne, 705, cheval de Charlemagne dont le nom est particulier à cette chanson (Cf. Hist. littre, xxii, 407). Les procédés habituels de l’auteur donnent à penser que ce nom pourrait équivaloir à celui de Cornouaille. Le bai de Cornouaille, que l’on rencontre si souvent dans les autres chansons, ne peut manquer d’être dans celle-ci la monture de Charlemagne. Le mot même de Corengne trouverait son explication dans la fausse étymologie de Cornouaille, Corinia, regnum Corinei.

Corentin (saint), 3027, 3039, 3041, 3056, 3064. V. note du vers 3026.

Cornouaylle, 730.

Corpssabron, 1299, nom altéré, le même que le suivant.

Corsalium, 119, chef païen.

Corsout, 860, père d’Ahès ; sire de Corseul ? 2823. — On rencontre dans le Chr. Briocense (D. Morice, III, 14.) et dans beaucoup de récits légendaires, un personnage plus ou moins fabuleux du nom de Corsoldus. Corsout paraît donc appartenir aux traditions bretonnes et ne rien avoir du Corsolt ou Corsuble des chansons de geste. (Couronnement Looys, Bueves de Comarchis, etc.)

Corseut, 2820, Corseul, ancienne capitale des Curiosolites. Villa que vocatur Corsolt, dans une charte de 1123. (Ev. de S. Brieuc, iv, 395). V. note du vers 2820.

Crists, 347 ; Crist, 89 ; Cris, 406.

Dayres, 203, 1890, 2285, fondateur de Quidalet. V. note du v. 2285.

Denis (saint), 1121, 1854. V. Saint-Denis (ville).