Page:Anonyme - Le roman d'Aquin ou La conquête de la Bretaigne par le Roy Charlemaigne.djvu/203

Cette page n’a pas encore été corrigée
69
par le roy charlemaigne

« Où sont mes hommes que avïez mené ?
« Ne les voy pas cy o vous retourné. »
— « Sire, dist il, il ne peut estre celé ;
« En l’isle sont tretouz mors et tué,
1765« Ne mays que moy et Nesmes le sené ;
« N’y a que nous qui seon eschappé !
« Sus nous vindrent les paens deféé,
« Là nous soupprindrent par lour grant fauceté. (fo 32)
« Sere emperiere ne doy estre blasmé,
1770« Quar moult [y] suy travaillé et pené,
« Moult en ay mort o mon branc aceré ;
« Mil chevaliers y avïon mené,
« Cinq mille y vint de la gent l’amiré ;
« G’y lessai [Nesmes] moult mallement naffré
1775« D’une grant hache, près parmi le costé ;
« Dedans la greve est remaint près du gué ;
« Illec lessay le vasal aduré,
« Oncques par moy ne peut estre porté ;
« Se il [y] meurt, jamès n’e[r]t recoupvré ! »
1780Quant Charlez l’oit, à pouay n’est forcenné !
Son cheval a maintenent demendé ;
L’en luy amayne dès qu’il l’a demendé ;
[Et] il monta quant il fut arivé.
De maintenent s’en est le roy tourné.
1785Après luy sont de ses gens arouté,
Le quens Fagon les a devant guié,
Juques au duc Nesmes n’est aresté,
Qui oncques puis ne s’estoit relevé.