Page:Anonyme - Le roman d'Aquin ou La conquête de la Bretaigne par le Roy Charlemaigne.djvu/189

Cette page n’a pas encore été corrigée
56
la conqueste de la bretaigne

N’y a si povre qui ne soit ariché ;
Et touz ensemble grant joaye ont demené.
1415Après sa joaye furent [païen] moult iré.
A son herberge s’en retourne Ysoré
Com grant abvoir que il en a mené.

Nostre emperiere estoit davant son tref ;
Il a duc Nesmes davant luy apelé :
1420« Beau sire Nesmes, dist Charles le sené,
« Quant ge estoye enfant en mon petit aé, (fo 26)
« De prime barbe, de novel adobé,
« Anczez que fusse novelment coronné ;
« Pour conquester suy en Seisoigne alé,
1425« Sur Guitelin qui moult m’a fort grevé,
« Sur moy s’en vint Aiquin luy amiré,
« Et print Bretaigne et du long et du lé,
« Et il destruit nostre crestïenté,
« Et dedans Nantes fut il roys coronné.
1430« Or est il là en celle forte cité,
« Il nous a moult de nos gens afolé ;
« Et nous des siens et mort et desconté ;
« Il s’en fuyra, ce me dist mon pencé,
« Par celle mer à hault à cigle levé ;
1435« Et s’il s’en va, qu’il nous soit eschappé,
« Tousiours sera à noz hers reprouché. »
— « Sire, dist Nesmez, saichez de verité,
« S’il s’en fuyt, il sera encontré ;
« Et Châlez secour[re] luy vient en cest regné,