Page:Anonyme - Le roman d'Aquin ou La conquête de la Bretaigne par le Roy Charlemaigne.djvu/188

Cette page n’a pas encore été corrigée
55
par le roy charlemaigne

1385Haubers et heaulmes et maint escu bouclé,
Lances aportent et maint dart enpanné,
Et bonnes hachez de bon acier trenpé ;
Tout ce aportent à Aiquin l’amiré
De son pays dont il ot esté né.
1390Sy comme ilz furent anz ou port arivé,
La mer retrait et veit en son chané. (fo 25 vo)
Nostre arcevesque lour est encontre alé,
O bien deux mille de chevaliers armé ;
Fort les asaillent environ et en lé.
1395Ceulx se deffendent environ le rivé ;
Moult ont es Francs et geté et rué ;
Et les payens qui sont en la Cité,
Maint gavelot ont à noz Francs rué,
Et ceulx des barges et du dromont ferré
1400Fort se deffendent vers la crestïenté ;
Mais pour neant, ja n’auront garenté ;
Quar noz Francs ont tant feru et chaplé
Les [barges] prennent par sure poesté,
Et le dromont qui est [et] hault et lé.
1405De la navie n’en est nul eschappé,
Fors ung qui eist dedans la mer floté
Près une roche qui est près la Cité.
Biseul estoit cil rocher appelé.
Contreval Rance est le vesel tourné.
1410Enxin est l’esve nommé en cil regné.
Et l’Arcevesque a luy aver donné
Et departi à la crestïenté ;