Page:Anonyme - Le roman d'Aquin ou La conquête de la Bretaigne par le Roy Charlemaigne.djvu/187

Cette page n’a pas encore été corrigée
54
la conqueste de la bretaigne

Et tretout l’ost, ne n’est nul aresté,
Povre ne riche, ne genvre ne barbé,
1360Ne clerc ne prestre, ne moygne ne abbé,
Ne mays yceulx qui ont les trefs gardé,
Vont à la ville, moult y ot trait gecté.
Ceulx se deffendent qui l’ont acoustumé ;
Tout à long du jour à l’assault duré ; (fo 25)
1365Onc ne finerent juqu’au tiers jour passé ;
De nostre gent y ont moult affolé.
L[y] roys de France sy s’en est retourné,
Grevé, mari, courocé et iré.
.IIII.c Franczois en ont payens mené,
1370Dedans lours chartres les ont enprinsonné.

Or vous diroy du bon clerc Ysoré,
L’arcevesque de Doul, l’arcevesché.
A ses herberges est ly ber retourné :
Droit vers la mer s’est le ber regardé,
1375Voit .XXX. barges o ung dromont ferré,
Par la mer viennent à hault sigle levé ;
De grants richessez sont les veseaulx rasé,
Peiles aportent, ciclatons et cendé,
Fain et avayne, ex pain, et vin, et blé,
1380Chantiax o payns de forment beluté ;
Et si aportent .X.m beufs tué,
Et venaison de cerff et de sanglé ;
Paisons de mer aportent à planté ;
Et boguerastre, pyment et ysobé ;