Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

En mié leu dou palés, dedanz une tinelle,
Batiça le Paiens ; n’i oit autre capelle.
Oliver l’en redrece amont por la leselle.

CCCCLVI[1]

Li nom n’i çancerent : Filidés l’ont clamé ;
10495Oliver lui dona la conqise cité
Qe fu de son ancestres et de son parenté.
Voir qe tolus li ont de roi la dignité :
De rois le ferent conte, et bien lui vient a gré.
E tantost com il fu en font regeneré,
10500Demanderent lor armes, si s’en sont adobé,
E monterent aprés es destriés sejorné.
204 bLe jor sist Filidés sor un vair pomelé
Covert d’un blans diaspres a uns lions ovré :
Si feit fu ses escuz el penuns de l’esplé.
10505Il dist al neveu Carles : « Biau sire, comandé
« A ceste vestre gient q’il n’i ait nus ousé
« Qe trapaist plus avant com j’avrai divisé.
« Se tut non sunt Paiens mort e pris e maté
« Ja tost en petit d’oure, onques mais ne m’amé. »
10510Son comant li fu tot graïz et otrié,
E le convers cevauce soz l’escuz enbronçé,
S’ansaigne devant lui, un lions long e lé.
A .iim. chevalers e .vc. bien armé
Le suet le duc Hestous ; mout l’a Rollant gardé.
10515Sor Oliver s’apue, en riant l’a buté ;
Hestous e Filidés li a al doi monstré :
« Par le mein esiant, nos avons gaaigné
« Un autres proz et fol et plains de volonté.
« Se cist convers feit si com il a començé,
10520« Mal i sunt Saracins en cist jor atrové.

  1. — 10497 acestres — 10498 gree — 10499 regencre — 10503 a bis lions o — 10507 avant manque — 10510 graiz corrigé par A en graniz, puis rétabli par B — 10512 lee — 10520 atrue.