Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/96

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCLIII[1]

10435Quant qe il parloient dou buen Macedonas,
Les autres sunt lavez, qe furent stanc et las.
Asis les a trestoz a mangier Filidas :
De pains e de formage e de vins ont a tas,
Cars autre n’avoient e ne queroient pas.
10440Bien orent les destrés de fain e voine a sas.
Ansi mangient François come fols qi sunt gras.
Ec vos sor le palés Gilinberz de Biauvas ;
O que il voit Rollant, si dist : « Sire, qe fas ?
« Se tu viens avec moi, la greignor gient veras
10445« La defors la citez qe tu veïses mas,
« Ensaignes desploiees de cendaus e de dras ;
« Tote foes asenblent, Cristïens ne sunt pas ;
« Tot droit en ceste part vienent le petit pas. »
Adonc sont esbaïs de por toz le palas.
10450« Seignor », dist Filidés, « nel metés mie a gas.
« Ce est Folqenor de Noble, qe fu frere Gilars,
203 b« E Noblianz, ses niés, e de Combres Landras
« Qe veignent por aler fere mal et forfas
« Vers les terres de Françe. Ne vos dotez humas :
10455« Pués que je taing o vous, tut sont oncis e mas. »

CCCCLIV[2]

Sor la tor dou palés a une large fenestre
Se est apoiez Rollant, et Filidés a destre,
Et percuet tant ensaignes de blanz e de celestre
E tant heumes a or et tant rice sorveste,
10460Filidés demanda e dist quant il puet estre.
« Sire », dist li convers, « quant ils firent moveste

  1. — 10435 il manque — 10440 enoine as — 10441 come répété — 10443 fais — 10444 uien — 10447 cristies — 10448 uenient — 10452 E nobliauz — 10453 por aliers por f.