Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCXLVI[1]

As .l. prisons vient Filidés corant,
10260200 bDemanda lor le queil estoit le plus meinant.
Adonc ferent drecier Engelier en estant :
« Sire, cel est des .xii. qe tot vont conquerant,
« Qe Carles outroia au filz Miles d’Anglant. »
Filidés se mervoile et respondi : « Comant ?
10265« Venistes vos ça outre por le conduit Rollant ?
— Oïl vor, sire, et por un drugemant.
— Par Machon », dist le Turc, « bien venistes a grant ;
« S’aviomes heüz ci nostre garnimant,
« Mal i fusez venus, s’estïez quatre tant.
10270« Mais pués qe del tot somes de la ville perdant,
« Faites nos peis avoir par itiel convenant :
« Salves avoir et vies et fames et enfant,
« Le fort palés rendromes dont or somes tenant.
— Segnor », dist Engeler, « il n’en sera noiant :
10275« Se tut non garpissés Machon e Trivigant
« E croire Jesu Crist, le roi dou firmament,
« Morir vos feront tot, jel sai. Mais neporquant
« O vos venra je bien a cestui parlemant
« E si vos en serai a mon peoir aidant
10280« E de torner arier vos en faz sagramant.
— Seignor », dist Filidés, « ja plus ne vos demant. »
Le Paiens se desarme de tot mais qe dou brant ;
Desfermer feit la porte, Engeler mist avant.

CCCCXLVII[2]

Entre Engeler le cont et l’ardiz Filidés
10285Paserent anbesdeus la porte dou palés ;

  1. — 10262 S. ce est, uout c. — 10268 heuz a ũre g. — 10271 F. uos peit — 10274 fera n. — 10275 Se tu — 10277 ferot — 10279 ardant — 10281 Seignors
  2. — 10284 le con et lardij f.