Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/88

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCXLIII[1]

10205Qui donc veïst Hestous sor li varon d’Irlande
Ferir sor Saracins : n’i a cil que l’atande,
Tant par soit bien armez, q’en le vif ne li ofande.
La venjance Gerarz au bien firir demande ;
Cui il consuet un colp, a l’eror qe l’engrande,
10210Jamés ne mangera de pains ne de viande.
Qi donc veïst Rollant com lor done marande.
E cars et hos detrence com faus erbe de lande ;
Quant un sol colp li faut, au segunt bien l’amande ;
Homes et chevaus thue, ne les maine por blande.
10215Quant Filidés le voit doner tel oferande,
Ja n’i atendroit plus par l’or de Moriande.
Par devant a la porte de la maistre mirande
Desmonta dou cheval e dist : « Ceschuns desande,
S’il ne veult estre pris et François ne le pande. »

CCCCXLIV[2]

10220Filidés descendi au palés principal ;
Por garentir sa vie a garpis son cheval.
Cels qe porent fuïr dou doloros estal
Se mestrent el palés enz el mestre portal ;
Mais bien dit e tesmoigne l’estorie cronical
10225Qe cinque cent en fu al dereans jornal
Qe furent en la place enversez contreval.
Al fuïr en la porte dou palés gineral,
200 aFrançois et Alemans, Bertons e Provençal
I entrerent bien .l. soudoier natural,
10230S’i entra Engeler, un des doçes loial.
Desor la porte avoit un trop anple toral

  1. — 10205 Q d. ueistes — 10208 fuir — 10209 lengrade — 10210 magera — 10212 dolande — 10213 lĩfant — 10217 murmurande
  2. — 10222 dolors e. — 10224 tresmoigne — 10225 Qe .v.c — 10230 de doçes l. — 10231 Sor.