Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dardanus si leit core un noir destrer d’Espaigne
10150Qe fiert des piez derier e par devant regaigne,
Et a feit une jostre sor Gaifer de Toraigne :
Par mié le gros dou cuer le fer el fust li baigne,
Dou cheval l’abat mort, n’oit soigne qi s’en plaigne ;
Pués mist man a l’espee, qe bien li estoit compaigne,
10155Car bone estoit l’espee et ardiç li cataigne ;
Veit ferir Arcembaut, li quens de Moriaigne,
Dou cheval l’abati, mais ne l’oncist nel saigne.
Olivier vient, isnel com livrer por campaigne,
E coisi Dardanus qe nos François magagne,
10160Par mié l’escuz le fiert, n’est si dur qe nel fraigne ;
Ne li vaut son obers un dras gris de montaigne,
El cuert li mist sa lance, mort l’abat senz enfaigne.
198 bPués a trete la spee ; un tot seul n’en sparaigne ;
Cui il en fiert un colp, greu est s’il ne s’en saigne ;
10165Plus de quatre en fendi enfraciqu’en l’entraigne.
De trestoz cels barons, ce est couse certaigne,
N’i fu meudres de lui fors le niés Carlemaigne.

CCCCXLI[1]

Mout sont dolanz Paiens quant Dardanus fu mort.
Felidex le regrete, qe ses poing en destort ;
10170De lui vengier fu tot pensis et en acort,
Il urte li bauçan, qe fu de grant aport,
Paumoiant vient la lance a un confanun destort
E fert un Alemant qe fu niez de Strasbort ;
Escuz ni obers n’i vaut une seul foile d’ort ;
10175Cil mal pasa d’Espagne Saint Joans Pié-de-Port ;
Diex en recuile l’arme el glorios deport,

    — 10149 D. l. c. un uoir — 10151 coraigne — 10152 le fiert et fust d’une seconde main — 10158 Olimer — 10160 ne si dur — 10163 spaigne — 10165 letraigne — 10167 neudres (d’une seconde main, la première ayant laissé le mot en blanc), carles

  1. — 10169 destrot — 10172 destrot — 10173 destrastort — 10175 saint iaq ioans.