Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/84

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCXXXVIII[1]

10090Devant trestoz les homes armez sor Velantis
Esperone Rollant, le pier des enpovris ;
Un roit esplié paumoie a un penuncials de lis ;
Par tiel randons le porte le destrer Arabis
197 aC’a celor que le garde tres bien li est avis
10095Qe ainz q’el le retaigne n’en soit amanoïs
Ferra dedanz lor bare et del col et del pis.
E quant il en fu prés, si a le frain repris,
Tiel saut fist le destrer, dont maint crousoit envis,
Une toise et dimie d’aut e piez trente sis
10100De long outreseili le buen Amoravis :
Ancor i a le terme de trois perons massis.
Quant il fu d’autre part, si a gitez un cris,
Diex el barons saint Jaques andeus a beneïs.
Paiens verent tiel saut, si en furent esbaïs ;
10105Gillares esperone, le pas a contredis,
E veit ferir li quens, dont fist qe asotis,
Sa lance li peçoie en l’escuz a vernis
E li quens lui trença l’iscu e l’obers terlis,
La carne et l’os li trance tot li cor neïs.
10110L’arme dolant s’en part, lou cors enpaloïs,
Qe davant a Minos fu portee en judis ;
Le destrer regimba dejoste un degrez bis.
Sire Diex ! quantes lances, ai ! dame Genetris !
En fiautre e sor mains furent sovre au marquis !
10115L’escuz li ont cassez en .v. leu o en sis ;
Mais tant oit bones armes, par voir le vos devis
Qe colp de cels ni d’autres redota mout petis.

CCCCXXXIX[2]

Les petit pensonciaus en estez por calor

  1. — 10091 eupouris — 10094 Car celor — 10095 le manque — 10099 daũt — 10100 amoraris — 10103 audeus — 10104 estais — 10110 lon cors e. — 10111 dauant aminõs — 10112 reguiba.