Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Anz que poüs Hestous monter el dormendaire,
Il furent mort des Frans plus de quatre cent paire.

CCCCXXXVII[1]

10065E Diés ! com bien i fert Gerarz le gintil dus !
Soz son heume tresue por montier l’abatus,
Car son neveu estoit, de sa soror nasus.
Hestous escrie « Lengres ! », dont fu bien securus.
Par devant a la place, a l’entrier dou pertus,
10070Oit une grant croisie de lances e d’escus ;
Mais tant i fiert Gerarz dou brant Carneficus,
Entre lui les autres q’esprovent lor vertus,
Qe par force mestrent Saracins en reüs ;
Trosqu’en mié de lor place les ont entreseüs.
10075Remontié ont Hestous, q’il avoient redus.
Pués q’il fu a ceval, al tienp Emenadus
Ne se fu chevalers tant largemant vendus ;
Cui il consuet un colp, ne lor vault fer batus.
Sovant crie : « Saint Jaqes ! or somes al desus ! »
10080Seignor, dou tot avoient nos Cristïens vencus,
Mais de tote autre part sont Saracins meüs :
A ce que cil entrier ne fust dou tot perdus,
Guerpirent toz les autres, dont furent deceüs,
Car de la gient Rollant sunt a pié desandus,
10085Quant li quens lor escrie : « Traiez vos tot en sus ;
« Reüsier voi mes homes, dont li cuer ai confus. »
Adonc se fist le seing ou Diex fu suspendus ;
Ja fera il tiel couse qe droit au tems Febus
Seroit grant impossible e miracle tenus.

    — 10064 paires

  1. — 10070 Peut-être faut-il corr. Oit un grant croisseïs — 10071 M. tũt et firẽt — 10074 Trosque mie — 10075 redus paraît fautif, mais comment corriger ? — 10082 An ce — 10083 decaus — 10084 la manque.