Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Furent sor ces maisons, dunt les hus sont fermés :
9870A grant pieres poignaus ont François domajés
Si qe por vive force sont arier regités.

CCCCXXVII[1]

Mout fu grant li asaut dedainz la rice rue ;
Mout ont la gient Jesu la Mahon combatue.
Le jor tient le niés Carles la roide lance agüe,
9875E seit sor Veilantin, des esperuns l’argüe.
Quant il voit qe l’estree lor ont Paiens tolue,
Gran duel avra ou cuer se lor ne iert vencue ;
Trosqu’en la fortereçe a sa voie tenue.
L’arcivesque Tripin li en fu bien en aiuhe
9880E tiel .ii.c des autres, caschuns broigne vestue,
Qe plus aiment le conte qe baçaler sa drue.
Fiere bataile lor ont iluec rendue,
Mais bien l’ont Saracins fieremant mantenue.
193 bIlec oit bien meslee mains a mains retenue ;
9885Rollant brandist sa lance, qe d’acier fo pontue :
Outre toz l’a lancee en la gient mescrehue,
Si consuet un borgois en la barbe chenue,
L’os dou mentons li trence et la lengue et la lue,
Si que darier le col trapasa le ferue ;
9890En les autres chiet mort, tantost ne est l’arme isue :
Jamés por cestui n’iert la ville defandue.

CCCCXXVIII[2]

L’arcivesque Trepins lez une porte lee
A coisis un Paiens qe avoit entesee
Une grose arbalestre coiemant a celee

    — 9870 poignans ont nos f. — 9871 reguites.

  1. — 9872 lance rue — 9874 roie l. a. — 9877 ou cure — 9878 forteçe — 9881 plus aunẽt — 9884 mislee — 9886 la lance — 9888 Lez d. m. li t. a la lengue — 9889 darerier.