Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E seili sor la place sor son destrer crenu ;
Son confenuns desploie, ovrez d’un chier bofu,
E l’enseigne Marsille, un draguns d’or batu,
Feit porter sor la tor a le nom Belçebu,
9815Pués a dit a ses homes : « Les Diés nos ont vendu.
« Desgarniz sui de gient, et les Frans sont venu.
« Se perdomes la ville, par ceschuns soit seü
192 b« Ne nos remaniront le chief desor le bu,
« Car trop avons François deci arier ofendu.
9820« Mantenons nos ici as branz d’acier molu,
« Car fortisme est la place, si somes mil e plu.
« Tote fois vient le pouple por torner a salu. »
Aprés ceste parole respondi Dardanu.

CCCCXXV[1]

Dardanus fu de Noble seneschaus son seignor,
9825De bon consoil doner estoit maistre dotor.
Le prince de la ville apella por amor :
« Gilares, gentil sire, ne fu pais le meilor
« Quant envoias tes homes Mauçaris l’Aumansor
« E desgarnis ta tere por esforcier la lor ;
9830« Se bataille avront fete enver l’enpereor,
« Deu place qe ta gient non aient le peior.
« Retorner devoient encui anz l’escuror ;
« S’il encui arivent, je di bien qe cestor
« Avront feit chavauchie de grandisme follor.
9835« Tot quant qe il ont feit encui aprés l’aubor
« Ne pris je dos diners, car ne feront retor
« Senz merveilose perte : j’en sui profeteor.
« Car divise tes homes desor cist carefor ;
« Devers porte Paris, dunt insirent pastor,

    — 9812 dou chier b. — 9815 uos — 9821 Car fortissime — 9822 poplue

  1. — 9832 encui enz — 9833 Sil encui anuent — 9834 grandissime fellor — 9835 T. quat — 9836 firent r. — 9837 ie sui p. — 9839 Par deuers