Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A un colp ont tüez et lui et le varon.
Jameis de son travail n’avra plus gueardon,
Afors qe Diex lui face de ses pechiez pardon.

CCCCXXII[1]

Mort fu le proz Bernars, dunt Frains sunt esbaïz.
9760Dolant fu Rollant, s’anfeit grant ploreïz ;
Damediex reclama e son saint Esperiz
Q’il recoile sa arme el regne des deliz
E dont lui a vengier, dont est voluntaïz.
Lors bondist l’oliphant e broce Valentiz
9765C’asez plus tost l’em porte qe no volent perdriz.
Cinq mille chevalers, d’armes amanoïz,
Le segirent aprés contreval un leriz.
Cels qi erent as portes nes ont pais mescoisiz ;
Le point leverent sus e ferment les postiz,
9770Pués monterent as estres dou riche murs voutiz,
Saietes berserent, trarent quarius pontiz
E maint pieres poignant e grant perons masiz.
Grant piece mantinrent le treir el lanceïz ;
Maint home ont enavrez e maint Amoraviz.
9775Ne present nos François autretantes formiz,
Car les fosez sont larges et d’eve raenpliz.

CCCCXXIII[2]

La bataile fu grant qe Rollant lor dona.
Devant ou chief dou pont le baron s’aresta,
Les escus a quartier devant son vis torna,
9780E Paiens maintes lances e maint darz li lança,
En plus de douçes part son escu li estroa
E maint autres prodomes dejoste lui navra.

  1. — 9761 Damadeix — 9765 perdeiz — 9766 darmez — 9773 mantirent le treir e l. — 9774 M. homes enaurez — 9776 menpliz
  2. — 9777 Ne b.