Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La porte a bien garnie en l’onor Carleman.
Lors fu la porte overte vers Ogier l’Aleman ;
9670Marceant Saracins en istrent la deman :
Ou port cuident alier, mais lor penser fu van.
Ogier les aperçuet, qe gier n’estoit lontan ;
Cinq chevalers amoine et son cosins jerman ;
Vers la porte s’an vont le droit chemin autan.
9675Par ce qe nuble estoit e ne feisoit seran,
Nes aperçuet Paiens si furent man a man.
« Dun veinez vos, seignors ? » disoient Aufricant ;
« Savroiez vos novelles dou rice roi soudan ?
« Venra il nos eider contre ces Cristian ?
9680— Oïl », ce dist Ogier, « tut en soiés certan :
« De lui nos departimes dui mois feit il deman ;
« Jurez en a Apolin, Machons e Trivigant
« Q’il pasera la mer devant q’il soit un an
« A plus de troi cent mille de ces de son teran ;
9685« N’atendent fors navire, qe vient de Carfaran.
« Unques plus leement ne vint Pantesillan,
« La dame de Maçonie, an aider li Troian,
« Com il vint en Espaigne por trover Carleman.
« Par lui venomes querre port qi soit sau et san. »
9690190 bAdonque l’a seisis un Paiens por le fran ;
Jusque a porte Clause, qe fonda roi Baran,
L’en aconduit e maine a loi d’un drugeman.
Le portier saute en piez, fiuz a un castellan,
E dist : « Dun estes vos ? ne venez plus proçan. »

CCCCXIX[1]

9695Le portier saute en piez, en oiant lor a dit :
« Estiez, dunt estes vos ? Je vos faiz contredit.

    — 9668 porta — 9672 uestoit — 9675 P. ce qe stable e. ; cf. 9416 — 9679 uos — 9681 feit i d. — 9682 J. en a m. a. e t. — 9685 fors la nauire — 9686 ne uirẽt — 9687 La d. de maçoie au — 9689 que rere, san e san — 9691 fondai.