Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Enserer veult la porte avant qe nus li joigne ;
Mais Oliver le fiert, qe pais ne li perdoigne :
A rés a rés le spales la teste li reogne ;
Puis a sonez un graille, por qoi les autres poigne.

CCCCXVII[1]

9645Quant au primer Paiens fu la teste copee,
Ou les autres portiers comença la meslee ;
Les dis lor bien ferirent, cascuns bien de sa spee.
Avant qe criz en fust et noise elevee,
I sunt tote la gient Oliver arivee.
9650Tote la bistiale des vaciers ont pasee,
Qe unqe n’i fu beste ferue n’adesee.
Mais des vaciers ploisors l’ont bien chier comperee ;
En traspasant lor ont donez mainte colee.
N’atendrent a cacier, mais por la droite stree
9655S’en venrent a la porte tut a une masee ;
Ne troverent Paiens n’aüst sa destinee.
Oliver prist sa lance, s’a la targe enbracee ;
190 aIl e çascuns des dis a bien sa teste armee ;
Adonc ont lor banire encontremont levee :
9660De la tor de la porte n’i fu piere rüee.
L’ensaigne au quens Rollant ont par desor posee
E cascune des gardes prise et stroite lïee.
A l’entrer de la ville fu « Monjoie ! » crïee.
Vers la place s’en vont tot une randonee :
9665Ançois q’il l’aient prixe et dou toz gaagnee,
I lavront d’anbe part une grant sanglentee.

CCCCXVIII[2]

Oliver fu en la ville entrez tot primeran ;

    — 9641 En serer — 9642 le feut — 9643 testa

  1. — 9646 En les a. — 9648 en sust et ne nosee leuee — 9650 des arçiers — 9651 Qi — 9660 piere niee — 9663 crie.