Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/65

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E Bernars le conduet par devant tote fois.
De l’eve de Clarelle paserent le gravois
Par devant a la porte qe fist Baram le rois,
9555O plus est perilos l’entrer et plus destrois.
La est le drois chemins par ont vont tote fois
Marcheant a la mer, stormains et galiois,
Car pres sont de la mer, a dos lieues ou trois.
De la porte lontans a une pitite vois
9560En un verçier floriz ou cantent rosignois,
La les conduit Bernars, e dist : « Ci esterois
« Trosque demain maitins, qe la citiez verois.
« Oger, vos qi savez parler Saracinois,
« Cevaucerois avant demain, quant percevrois
9565« Qe la porte ouvrirunt ces traïtors revois,
« E quatre o çinq o sis de ces vestre Thiois,
« Sainz lances et sainz escuz aveqe vos menrois.
« Cevaucé a la porte, asiez encontrerois
188 a« Marceant Saraçins ; parlez leur Espanois ;
9570« N’atendez a respondre s’il dirunt dunt venrois.
« Quant seroiz a la porte, en nun de sainte Crois,
« Decopiez moi la teste ao portier demanois,
« S’il veult envers vos faire contredit ni defois.
« Pri vos, por amor Diex, q’ensi vos contenois
9575« Com prodome doit fere en servise de lois.
« S’avrez prise la porte, un graile sonerois
« Qe les autres vienent qe derier vos leirois. »
Ogier lui respondi : « Amis, tot ce me plois.
« Bien sai qe j’ai a feire ; va prandre autre conrois. »

CCCCXIV[1]

9580Iloc remist Ogiers, et Bernars s’an torna
La ou li quens Rollant tot primirain laisa.

    — 9557 a lamire — 9558 sont do mer — 9560 canterent risignoilis — 9565 renois — 9566 O quatre — 9571 e nun — 9574 Prie, cõteuois — 9576 Sauiez — 9579 qe iai f. va pradre.