Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCXII[1]

Quant oit Bernars ensi cele gient establie,
D’els parti maintenant, si a sa voie acolie
La u estoit remise l’autre chavalarie.
Pres Rollant s’ajosta e li dit en l’oÿe :
9530« Esta seüremant, qe Bernars te l’afie,
« Cun l’aïe de Diex ert ta gere finie
« Demain avant la vespre, o une grant partie.
« Venez avant, Ogier ; Jesus vos beneÿe :
« L’arcivesque Trepins avrois en compagnie
9535« E de cinque mil autres avrois conestablie.
« En leu vos amenrai, spoir en sainte Marie,
187 b« Que ceus qe n’iserunt vos en avront envie.
« Vos venez a conquere honor et manantie ;
« Ainz ne feïstes autre an tote vestre vie ;
9540« Mais ne fustes retraiz de nulle outrecuidie.
— Amis », dist le Denois, « ne sai losengarie ;
« Je ne sui pais venus ci por ta proierie,
« Mais por amor celui qe as bons s’omelie
« E qe ne seit servir autrui de trecerie.
9545« Je venrai avec toi cun la spee forbie
« A collir mort par lui, dont il ait seignorie.
« Nel di par toi retraire de nulle fellonie. »
De la franche parole Rollant mout le mercie,
Con cil qi mout l’amoit por amisté antie.

CCCCXIII[2]

9550Ogier e l’arcivesque a cinq mille François
De Rollant partirent, e costoient un bois ;

  1. — 9531 est ta g. — 9537 qe ui s. — 9538 emãtie — 9539 au tote — 9540 outrecradie — 9543 as bous — 9547 par to retraie
  2. — 9551 et ostoiẽt anbois.