Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cinqe mil chevalers bonemant le segui,
E costogent a destre lez un çardin flori.
9495A bien dimie liue cevacerent ensi ;
Aprés trastornerent contreval un lari.
Un chemin troverent, aut et anple et anti,
O soloient alier marchaans Arabi
En Navaire, en Gascoigne, en Françe et an Ponti,
9500Portant merchaandises, dont or furent fali.
Bernars passa la stree, en un val desandi.
Oliver en apelle : « Vos remanirois ci ;
« Pres estes de la ville troi arpant e dimi.
« L’endemain por maitin, quant jor ert esclari,
9505« Verois ovrir la porte qe l’en clame Paris ;
« Par defors en istront bués, vaces et berbi :
« Tot ces plains et ces vaus an veroiz raenpli ;
« Les pastors i serunt, armez de lor espli.
« Envoiereis de vos o quatre o cinq o si
9510« Qe sanz lançes et heumes et escuz soient garni
« De blans obers cuvers et brant d’acier forbi,
« Et aportent un graille, dunt le tons soit oï ;
« Ceus paseront le punt et la porte autresi.
« Sel portier les retient, je bien de tant vos pri
9515« Si soit mort maintenant, si an seron gari,
« Car onques de mes euls peior home ne vi :
« Ne feit encores geires qe le gloz me leidi
« E clama moi spiuns e do poing me feri.
« Quant oïrois le graile, non soiez endormi,
9520« Mais secorez vos homes, quant avront asali.
« E je irai as autres ; ne soiez estaï :
187 a« Vos ni avroiz pas de ça tantost l’entrer seisi
« Con je entrerai de la, ce saciés bien de fi.
— Amis », dist Oliver, « je t’ai tres bien oï :
9525« Bien sai qe je doi fere, et tot ensi l’otri. »

    — 9499 E n. en g. en f. et a p. — 9500 merchandises — 9502 remanrois ci ; cf. 9021 — 9505 V. ouir — 9509 e quatre — 9512 soit hoi — 9522 Vos mauroiz — 9524 bien hoi — 9525 ensi loui.