Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Mais s’il verent les fers des lances aguz clier
Qe furent en agait joste les oliviers,
9360E verent les barons, none senblent pais bergiers,
Taisans et embrunciez cum furent costumiers ;
Atendrent qe Paiens venisent as graviers.
Lors se ratenirent les culvers losangiers ;
Ja d’euls ne s’an desflote neis uns des escüers.

CCCCIII[1]

9365Pains s’aresterent e laserent la caçe
Quant il apercoivrent des chevalers la traçe,
Car il sevent de voir, se el plain les alaçe,
Ne tornerunt ariere si ert saignie mainte façe ;
Lor n’en partist uns d’eus par tot l’or de Dalmaçe.
9370Grandonie vient dejoste Isorez, si l’abraçe :
« Veïs tu jameis, frere, Machun bien te face,
« Gient que men redotast lor nemis ne menaçe
« Come font ces François, cui Machomet mesfaçe ?
« Pires nos tienent ceires ne fet li feu la glaçe ;
9375« Mais neporquant pieç’a qe conus lor mentaçe.
« Bien serunt ançignos s’en celui plain m’atraçe :
« Je ne sai mains de lor com vers Curaz Oraçe.
« Encui ne moi ferunt cose qe moi desplaçe. »
Atant ec vos pongant l’Augalie de Traçe,
9380Malçeris l’amirafle, l’Aumensor de Galaçe
E Balegant le rois, en son poing une maçe,
Falseruns d’autre part, qe feir se font grant plaçe,
E bien plus de dis mile ; n’i cil n’ait gleive ou haçe.

CCCCIV[2]

Defors la rice porte s’arestent les mesnees.

    — 9359 Qe f. en argait — 9362 graiuers — 9364 nies uns

  1. — 9367 C. s. de v. se el pam — 9368 sient siguiez m. f. — 9372 dotast — 9373 cui m. afaçe — 9374 temẽt — 9375 peica qe qonus — 9379 lãgalie — 9383 disinile, uait g. duhaçe
  2. — 9384 mesmes.