Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

9330Plus de .c. en ferirent ou en vis ou en mans ;
Li crinels gerpirent trestoz le plus autans.
183 bAtant ec vos Grandonie et son oncle Estorgans,
Turqise l’amirafle : ces qatre erent portans.
Quatre mil Espanois, çaschuns lances sor mans,
9335Les segirent dareire. Aprés vient Balegans,
Falsiruns, l’Augalie, Malçaris, Ysorans,
Estroiz par une vie, iriez come serpans,
Lor gleives et lor lances sor destre manoians.
Contre rois Anibal n’ensirent meis Romans
9340Si fier come cestor le jor vers Cristians.
Grailes, timbres, tambors, nacres et oliphans
Font soner devant eus, dont furent mesceans,
Qe François oïrent ja lor seront proçans :
De l’asaut partirent, si tornent vers le plans.

CCCCII[1]

9345Frans tornerent el plains dejoste les verçiers.
Li vesçons Gotifrois e l’Escoz Guinimers
Arengier les ont feit e prendre les sentiers.
Bien pres de la citez laserent li arcers :
Se ne venist por qoi, nes veroiz estrimers.
9350Paiens istrent defors, serez come esperviers ;
Grandoine et Ysorez, ces furent les primers,
A quatre mile Turs, jovenes e baçaliers,
Qe de François atandre sunt corajos e fiers.
Adunc s’eslaserent vers les arbalestiers,
9355184 aE ces tornent ariere, qe ourent buen destrers,
Car lor secors sorvent, qe n’i est lontaniers.
Ja l’encaus lor donascent Espanois volantiers,

    — 9330 ou euuis — 9332 A. ceuos gradonie — 9333 Le dernier mot ne donne pas de sens ; peut-être y a-t-il une lacune après ce vers — 9336 langalie — 9338 gleuies — 9342 heus d. f. mescreans

  1. — 9346 les coz guinimer — 9347 sentires — 9349 Se ne venit, uerdiz estrimers — 9350 espiuers — 9351 Gradoine — 9352 A q. mile uit — 9357 Ja lor d. lencaus.