Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Di nous de ceste gient qeil part il alerunt.
« Comant avuns lasiez li rois a si greu pont ? »
9090Oliver respondi : « Nun croi qe noir ni blunt
« Sace la volanté au conte de Clermunt.
« Ne vos en sai respondre ; mal feit qi m’en s emunt.
— Par saint Jaqes l’apostre », Hestous ce li respont,
« Se ne sai ou cestor e moi cevalcerunt
9095« E le conte de Blavie le voir non m’an respont,
« Hestous non li venra, si Jesus bien me dunt.
« E qi an fara autre, soit pendus contremunt ! »
Adunc broce Olivers le destrés de Çaumunt,
Rollant prent, si le treit soz un aubre reont ;
9100Ja oirois le parler qe l’uns l’autre ferunt.

CCCXC[1]

197 b« Rollant, mon frans seignor », feit Oliver le saje,
« Par Diex pardonez moi se je disis outraje ;
« Ne dirai mais qe bien e nen l’ai an coraje,
« Ains amai ton honor an trestoz mon aage.
9105« Le partir qe vos feites resenble mout savage
« A cestor q’amenez, e laser l’anperage :
« Encui poroit le rois perdre par cist follage.
« Se vos n’estes partiz par trop grant avantage,
« Dites moi ou alez, et manduns un mesage
9110« E feisuns asentir Carluns de cist viage,
« Car soz ceste qeisons poroit nostre avoaige
« Avoir, il e ses homes, an cist jors grant daumage.
« Je ne teing a prodome le preus quant il arage,
« E quant sages folloie, doplez est son follage.
9115« Sir, di moi, s’il puet estre, qu’is nostre gionage,
« Queil part nos amenrais, ou feruns albergage. »

    — 9088 cest g. — 9090 uoir — 9095 Cle conte — 9097 E qi anfam — 9098 destres

  1. — 9104 Amemi t. h. au t m. haage — 9105 feit esenbla — 9111 auaije — 9115 Sire — 9116 uos.