Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCLXXXVIII[1]

Un pué chevaucherent François ainz la vespree
9065E segirent l’ensaigne Rollant escarteree ;
Asez i a de ceus a qi mult desagree
Laser l’anpereor en dure e fort meslee.
Par delez uns boscaje ont la plagne pasee,
Del tertre de Jeroine poierent la montee,
9070D’autre part descendirent en la scure valee ;
Par une gaste lande s’est l’ost achaminee.
Bernars bien les conduit, qe savoit la contree.
Les baruns cevalcerent, cescuns teste basee ;
Ne savent en qual part soit lor voie adrecee ;
9075Li uns regardent l’autre coiemant, a celee.
« E Diex ! » feit l’uns a l’autre, « cum feite desevree
« Feit Rollant de son oncle, sainte Vergen loee !
« Par lui puet encui estre tote l’ost periliee.
« Quel part alomes nos ? Ou est nostre oubergee ?
9080« Ne troveromes tere ne soit deseritee. »
179 aAl trepaser d’un’ eive se fu l’ost arestee ;
Avant qe tote l’ost soit d’autre part pasee,
I avroit maintes paroles dites e divisee.

CCCLXXXIX[2]

François s’aresterent devant le guez parfunt.
9085Hestous e dan Gerard a Oliver s’an vunt.
« Jantil duc de bon aire », ce dist Gerard le cunt,
« Tu qe des feiz Rollant seis plus d’ome dou munt,

  1. — 9064 uesprie — 9065 escarcene — 9067 forte meslie — 9068 out — 9069 tertere de pome de ierome ; cf. 9060 — 9071 achamine — 9072 contre — 9074 adrece — 9075 Luns — 9078 perilie
  2. — 9084 le giez — 9085 gerad.