Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Qi est en la bataille (mais au meillor le voi :
« A la ville s’en veit), e si le feit por moi.
9010« Se riens lui mesvenist en icistui tornoi,
« Jameis ne n’ameroit, je le pains bien e croi. »
Bernars respunt iriez : « A pué Diex non renoi,
« Quant je ai en perduns tant durez mal por toi.
« Se tu la ville perdes, je te di, por ma foi,
9015« Non la recovreras a dos ans ni a troi.
— Je venrai », feit li quens, « mais bien sai q’i foloi.
« A fort point is venuz ; Diex en pragne conroi ! »

CCCLXXXVI[1]

178 aDe cevaucer a Noble Rollant dou tot pensa ;
Pues qu’ensi dist Bernars, ja por riens non leira.
9020A l’oriflame torne, Ogier en apella :
« Duc, tenez l’orieflor et remaniroiz ça ;
« Cevaucer veul en leu o gaagne sera,
« E .v.c chevalers avec vos remanra. »
Le Denois, quant l’oï, par pué non forsena.
9025« Mal dehait », feit le duc, « qui rier vos estara
« E la u Rollant veit qui nun le segira !
« Mal ait, quant sir folloie, qi non folleiera ! »
Aprés ceste parole Aymier en apella
(Quens estoit de Caalluns, en lui mout se fia) ;
9030L’orie ensaigne li baile, dousemant le preia :
« Remerroiz ici, frere, tant qe li roi venra.
« E n’aquisez Rollant : Diex seit qeil part el va ! »
E cil seisi l’ensaigne, qe de paor trembla.
Cinque cent chevalers li Donois lui baila.

    — 9012 A manque — 9015 as dos ans — 9016 maĩs b. s. qi en oloi — 9017 pragna

  1. — 9020 torner — 9029 e lui — 9030 Lori — 9034 .v.c cheualers.