Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/44

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

8985Capel oit et sclavine e bordon pomerin ;
De troiter estoit lais a guise de toipin.
Rollant l’a coneü tantost al cief enclin ;
De la renge se muet, armez, sor Vaillantin,
E quant il li fu prés, si li dist en latin :
8990« Ais tu bien esploité ? — Oïl, par sant Martin,
« Car Noble vos donrai demain a le maitin.

CCCLXXXIV[1]

177 b« Sire », ce dist Bernars, « de venir sui tot lais ;
« Da Noble sui torné, la o tu me mandais.
« Tot entor l’ai cerqé et neïs le palais ;
8995« Demain la te donrai ; ven o moi, si l’avras.
« Nulle gient da defandre laienz n’i troverais,
« Car il sunt ça venus a l’estor qe tu fais ;
« Ainz q’il tornent ariere, car vien en es le pais,
« Car bien poroies perdre, se avant ne lor vais.
9000— Di moi », feit li li quens, « se dainz nos condurais.
— Oït », ce dist la spie, « senz mal et senz forfais :
« Non sun ton compagnons por feir l’uevre Judais. »
Lor en mercie Dex Rollant et saint Tomais
E l’apostre saint Jaqes, par cui a pris li fais
9005De conqueir son chemins, dont oit paine e mesais.

CCCLXXXV[2]

« Bernard », ce dist li quens, « par Diex, conseile moi.
« Volenter i veroie, mais je redoit le roi

    — 8987 R. le coneu — 8989 E q. il fu p.

  1. — 8992 ce manque — 8995 nen o moi — 8998 ariere car bien en — 9002 N. s. to c. — 9003 L. en merce
  2. — 9006 conselei moi.