Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Plus n’i demorasent par le tesor Crasu.
De l’estor partirent, tost s’en sunt esmehu ;
8960Vers la cité s’en vont por torner a salu.
Iluec fu le vantage da ploisors coneü,
Car qi derier remist mort fu e confundu.

CCCLXXXIII[1]

Païens ne porent més sofrir le grant hustin ;
Laser stovrent la place Carles le filz Pepin,
8965Car François segirent le rois a grant trahin ;
L’estendars passerent et l’ensaigne Apolin.
E Diex ! tant veïsez de mort et de sovin !
Por le canp reclerent les navrez pres de fin.
François crïent « Monjoie ! tuz morrez, Barbarin. »
8970Les abatus versent ou li Amoravin.
Le jor ont Espanois un crüel disiplin ;
Anc n’atenderent frere ni parant ni cosin ;
Vers la citez s’an vont, ce fu lor droit chemin.
Se durast l’enchaucier un petit plus veisin,
8975Ou lor entrasent dainz François et Angeïn.
Rollant s’en apercuet, s’en apella Tripin,
Ouliver et Hestous et Gerer et Gerin :
« Segnor, or deu bien feire ! car je voi tot l’engin
« Que oi avrons del tot Panpalune en dimin. »
8980177 aAdonc escrie Hestous : « Cavaucés, dan coisin ;
« Anuit veul ouberger sor cil palés marbrin. »
E Diex ! qeil aventure lor vient a gran destin !
Car Rollant a gardez au paser d’un jardin,
E voit venir Bernars a loi d’un pelegrin :

    — 8958 grasu — 8960 senont

  1. — 8967 ueisex — 8968 reclent — 8969 F. crierent — 8974 lenchaire — 8976 R. senapaiet — 8977 gerar gerir — 8978 due b. f. car ie uol.