Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/42

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCLXXXII[1]

Dolanz fu l’Augalie quant se voit abatu,
E seili en estant, si enbrace son escu.
8930Pongant vient Balegant, qe bien l’a secoru,
O lui .v.m Paiens q’erent de grant vertu ;
175 bSon ceval lui renderent et cil monta desu.
Mais bien se est l’enperere dou besoing perceü ;
8935Il a dit a ses homes : « Naymon avons perdu ;
« Jameis tel conseiler non sera ne ne fu.
« O moi vienent qi m’ament, mes amis e mes dru. »
Lor de toz les prodomes n’i a uns remanu,
176 aE toz le remanent brocerent a un hu ;
8940Ou verent Saracins, sovre lor sont coru.
La oit maint astes freites et maint escuz fendu
E maint buens chevalers trancié par mié le bu.
Carles derump la prese, si a un Paiens conseü :
Le confenuns portoit Falsiruns li çenu ;
8945Dou cief deciqu’au piz l’a li roi porfendu.
Gaynes en fiert un autre sor son heume agu,
Qe mort l’abat a tere dou cheval estendu.
176 bSalemons et cont Hue et Riçars le membru,
Sorbués et Anquetins, cil de Saint Meleü,
8950Le dux Boves Sains Barbe e Guenimer ou lu,
Guendelbuef le Frixuns, qe maint n’a deceü,
Çascuns abat le suen an mié le prez erbu.
Le jor fu a François tiel ardimant creü
N’a cil ne se preisast Hector et Troylu.
8955Grandonie et Balegant sunt de l’estors isu,
Malçaris et son fil, qe sunt bien avehu,
Se le rois les puet prandre, qe il seront pendu ;

  1. — 8928 langalie — 8930 securu — 8937 O moi menẽt — 8939 b. aun ehu — 8943 coseu — 8945 deciqua au p. — 8950 on lu — 8952 le sue amie le p. erbue — 8954 presiast — 8955 de lez fors isu — 8957 puẽt.