Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

8900Sor l’escu de son colp veit ferir Gondoier,
Dou cheval l’abati, mais anc nel puet plaier.
174 bE Falseruns s’eslase, qe le voust recovrer,
Quant sor destre sorvient dux Naymun de Baiver.
Falsiruns veit ferir d’un esplié de pomer,
8905Son escu le peçoie, onqe n’i ot mester,
Joste le flans li trance son blans oubers dopler,
Tant li trence la carn cum se puet espaner :
Se l’esplié non pecast, fet l’eüst averser,
Mais la lance li frait, dunt mult li puet peser.
8910Le dux mist man ou brant a guise d’ome fer,
Sor Falsirun voloit ancor esperoner ;
Mais il vit Gondoier sor un cheval monter.
Ainz q’il li soit montez, li veit tel colp doner
Qe la teste li trence o toz l’aume d’acier.
8915Quant ce voit Falsirun, ne oit qe spoenter ;
175 aMaintenant torne en fue, bien soit de cil mester :
Ainz n’atendroit le dux par un moi de diner.

CCCLXXXI[1]

Quant or voit le dux Naymes que Falsirun s’en veit
E qe de lui atendre nul buen senblant ne feit,
8920Por cetis se tenra s’ensi aler l’en leit ;
Il point le buen destrer qe soz lui crie e brait
E de randons l’en porte plus qe nus ars ne treit :
D’ataindre le Paiens le ber toz s’en desfeit.
Atant as l’Augalie qe davant lui se feit ;
8925Le dux le fert sor l’eume tantost com il le veit,
Dou cheval l’abati, dont mult a Carlun pleit.
« De Diex », dist l’enperere, « soies tu beneeit ! »

    — 8900 son col — 8901 aut nel — 8902 nous r. — 8907 Taut. — 8915 Quant si u. f. noit — 8916 M. enfor enfue

  1. — 8919 nul bien s. — 8920 leu leit — 8921 Il poĩnt — 8923 D’ manque — 8924 A. a langalie — 8927 beneit.