Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les armes Falsirun valoient Vormandois,
Car pieres precioses i avoit tiel trente trois
Che la mendre valoit .c. livres de Tornois.
La bainere ces deus porta li quens de Fois.
8850Vienrent a la bataille arengiez et estrois,
L’Augalie devant, que seit el Mouridois :
Malingres li envoia encor n’avoit un mois ;
Cil cort plus de randuns qe ne treit ars Turquois.
Li fuans feit torner encontre les François ;
8855A vois virent criant : « Chevalers Ragonois ! »
Quant François les verent, si en sunt en grant esfrois ;
Mais Carles en apelle li veschuns Gotefrois.
« Au conte Guenimer », fet il, « m’en alerois,
« Et au duc de Pollaine e cil de Collonois,
8860« Q’il moi mostrent amor e menent les Thiois. »
Cil a feit li comant a guise de cortois.
Trente mil Alemaint, ester les Boemois,
Vienrent secorre Carles com enperere drois.
Par desoz l’estendars estoit a cele fois
8865Smontez rois Balegant, qe les voit de ses ois.
El cheval veit monter, si se part demanois ;
De François domajer voldra prendre corois.

CCCLXXIX[1]

173 bO toz li remanant de la gient Saracine
Broce rois Balegant soz l’ensaigne porprine.
8870L’estendart esmoverent dejoste une sapine,
O Machomet fu d’or en bainere sanguine.
En la crüel bataille se fierent por athine :

    — 8846 normandis — 8847 trentatrois — 8848 Q. la mieudre — 8851 Langalie — 8852 li ẽnola — 8853 ars tarquois — 8855 corant — 8857 apella — 8858 alcrois — 8859 collonis — 8865 Montez — 8866 moust

  1. — 8872 En la b. c.