Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/38

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Qe celui li a fete qe tot les proz sorpoie.
« Cil qi moi sert de blande, ne est drois ch’amer le doie.
« Por Falsiruns le di ; bien sai q’il lui ennoie,
« Mais de dir lui le voire por peor nun leroie,
8825« Che mout est bien garniz de une fause monoie. »

CCCLXXVII[1]

Iriez fu Falsiruns, de maltalant rogist,
Quant celui li remembre la riens q’il plus ahist
E la mort Feragu qe grant poine li mist ;
Da ire de dolor ses quatre Diex maudist.
8830Se le roi Balegant son frer nel retenist,
Ja ferist Ysorez, qe ensi le reprist.
Un graile mist a boce, por vertuz le bondist ;
Quince mil Saracins comanda qel segist.
De l’estendarz se part delez une robist ;
8835Ses oncle l’Augalie pais derier nun remist ;
A l’estor venirent le feluns Antecrist.
Se Damediex n’en panse e li Evangelist,
Encui avront François un doloros batist,
Car vencuz avoient se cels non sorvenist.

CCCLXXVIII[2]

8840Quant a l’estor venirent les dous rois
A quinçe mil Paiens, Aragons e Spanois,
Li jor siet l’Augalie sor un destrer Morois ;
Toz fu covert de paile d’or fins Arabiois ;
Le frein fu toz d’argient e la selle d’orfrois,
8845173 aSor l’escuz uns draguns, qe fut noir come pois.

    — 8821 toto

  1. — 8826 regist — 8827 la ries — 8829 Daine — 8834 lenstendarz — 8835 langalie
  2. — 8842 liet langalie — 8843 dor funs arabois — 8844 Le freim — 8845 fui uoir.