Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCLXX[1]

Mout fu proz Malçeris, ne feit pas a reprandre ;
Fer fu por envaïr et fortisme a defandre.
Deci au tens Ector et dou maine Alexandre
8690Deüst estre proisez de lui un asez maindre.
169 bCeus bien l’envaïrent qel convoitent a prandre ;
Maint esplez i lancerent et maint penoncias d’Aindre ;
Ne l’ousent aprocer, car ses colp ne sont taindre.
« Pampalune ! » escrie, quant il se voit ataindre.
8695Mester avoit d’ahie, car ja se voloit raindre,
Quant Ysorez soz lui feit ses buen destrer standre.
Dou fers de son esplié veit un des nos oufaindre ;
Escuz ne obers n’i valt une toile de Flaindre ;
Dou cheval l’abat mort, a qi q’en vigne a plaindre.
8700Salamons de Bertaigne broce por lui atandre :
Or ne puet senz grant perde l’une partie remandre.

CCCLXXI[2]

Quant Ysorez perçuet Salemons le sorvaint,
Voit ses piere defendre vers cels qi l’ont ataint ;
Lor broce le destrer qe desoz lui se staint ;
8705Son penoncias desploie, qu’en saing vermoil fu taint.
E Salamon le fiert ; andos sunt bien ataint ;
Andeus comunalmant contre terre s’enpaint.
Lor fu d’anbes parties tant roit esplié enfraint,
E tant homes navrez, dont en morent pués maint.
8710Ysorez saute en piez, ne le rois ne s’en faint ;
170 aLe Paiens cort ferir sor le noire serpaint,

  1. — 8688 forfissime — 8691 apaindre — 8694 escrie manque — 8697 onfaindre
  2. — 8705 qe saing — 8706 audos — 8707 Auderis — 8708 dandos parties, enfrait — 8711 le uoire serpait.