Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/303

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

temps une demi-confidence sur sa personnalité. J’ai expliqué, dans l’Introduction, ce qu’il fallait conclure de ses déclarations ; je ne reviendrai pas ici sur ce point.

10957. Au lieu de la danie tor, lire la Davie tor : il s’agit de la tour dite de David, à Jérusalem, dont il est souvent question dans les récits en vers et en prose relatifs à la Terre Sainte et aux Croisades. Remarquons que, par suite de la lacune du manuscrit de l’Entrée d’Espagne, entre les feuillets 269 et 270, nous ne possédons pas la partie de notre chanson correspondant au résumé des vers 10956-9 :

E sconfist Malqidant et sa gient en estor
Et prist Jerusalem et la Davie tor,
Quand les buens Cristians et li baordeor
Le venirent a querre en l’ost a grant honor.


Les « bons Chrétiens » dont il est question sont ceux qui, sous les ordres de Hugues de Blois et de son frère Anseïs, étaient partis d’Occident à la recherche de Roland et avaient pris du service auprès de Malcuidant. À l’annonce de l’auteur de l’Entrée d’Espagne fait pendant le rappel de son continuateur, Nicolas de Vérone (ci-dessous, p. 288, vv. 25-7) :

E sconfist Maoqidant qe tant avoit poeste,
E com a Anseïs il mist corone en teste
Dou regne Maoqidant, chand pour luy fist encheste.

10967 et ss. Sur cette conception de Roland propagateur des manières courtoises et chevaleresques, voir ce que dit encore plus loin notre auteur, vv. 13968 et ss.

10975. La légende de la fondation de Padoue par Anténor remonte, comme on sait, à l’antiquité ; cf. Virgile, Énéide, I, 241 et ss.

10977. Remarquer que, dans le même vers, l’auteur donne successivement au subst. mer les deux genres ; cf. v. 12083.

10978 et ss. Ce témoignage précis est à rapprocher de ce que dit l’auteur de l’Entrée d’Espagne, au début de son poème (vv. 47 et ss.), des circonstances qui l’ont amené à versifier la chronique de Turpin.

11001. Ce vers doit être sorti, car c’est un dodécasyllabe.