Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/30

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E dist a soi meïme qe de camp nen fuiroit
8605Se maint bons chevalers confundus non avroit.
Il depart de la renge com quarel qi descloit ;
Un Bertuns encontra escriant « Saint Machloit ! »
Merveilos colp lui done sor l’escu qi flanboit :
Salamons n’i querra jamés consoil destroit,
8610Car l’arme li en depart le Paiens au fer froit
Si che mort le trebuce des arçons o seoit.
167 bLi quens Hue le Maine de ce grant onte en oit ;
De vengier cele mort par fut en grant covoit ;
Dolanz ert se suen gleive en saing Paiens ne boit.

CCCLXVII[1]

8615Or ne puet le cont Hue mais en renge sofrir ;
Devant sa gient sperone le destrer por haïr,
Ne sanble pais coart a son espli brandir,
Par tiel vertu le straint a pué nel feit crossir.
Torner s’en veult Grandoine, mais il le voit venir ;
8620Ne deigna pais la joste dou conte contradir,
Ainz resprist son espli, si le cort a ferir.
La jostre de ces dos fist maint espoerir
Car des escuz ferent les taintes departir ;
Ans ne porent ensi stratorner ne guincir,
8625Car ambesdos lor stoet contre terre flatir :
Si fort s’entreürterent, quant vinrent a l’ocir,
N’a nul qe de grant piece poüst sor piez salir.
Tantes greiles et timbres lor oïsez bondir
E tant buens chevalers fors de renges isir,
8630Cascun por son ami rescorre e maintinir,
Crier a vos « Monjoie ! » e l’ensaigne Marsir,

    — 8605 non aauoit — 8606 regne com quatel — 8607 s. macheloit — 8613 De uegier, parfui en grant ouoit — 8614 suene gleiue

  1. — 8621 le manque — 8623 fert — 8624 stratorn — 8626 q. uirent — 8630 restaire.