Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/299

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


NOTES ET CORRECTIONS

8159. Au lieu de l soit, lire I soit.

8244. Au lieu de S’estormirent, lire S’estornirent : cf. le Glossaire estornir.

8358-63. Allusion à une bataille célèbre de la chanson de Girart de Roussillon, que j’ai signalée dès 1882 (Nouv. recherches, etc., p. 45, n. 2). M. Léon Mirot a identifié Valbeton avec le « climat » dit Vaubouton, sur la rive gauche de la Cure, dans la commune de Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne) : voir Romania, XXI, 257.

8365-6. Nouvelle allusion au Fuerre de Gadres (cf. la note sur les vv. 5195-6). Le nom de Val Bétie est formé en vue de la rime, par contamination entre celui que donne réellement au lieu du combat l’auteur du Fuerre de Gadres, à savoir Val de Josafas (ou, à la rime, Josafaille, éd. Michelant, p. 94, v. 38 ; cf. Entrée d’Espagne, 5195, 8536) et celui du duc de Gadres, Bétis.

8445. Sur les « quatre Diex » des Païens et le « superior », voir la note relative au v. 3577.

8535-6. Cf. la note relative aux vers 8365-6.

8570. « Saint-Malo » (ou « Maclou ») est le cri de guerre des Bretons, comme l’auteur le sait bien, puisque plus loin, v. 8607, il écrit :

Un Bertuns encontra escriant « Saint Machloit ! »


Je ne vois pas cependant le moyen de tirer autre chose de la leçon du manuscrit, ma ellot.

8615. Au lieu de Huc, lire Hue.

8626. La leçon du ms., quant uirent alocir, doit être corrompue, mais la lecture que j’ai adoptée, quant vinrent a l’ocir, ne me paraît pas très satisfaisante ; je corrigerais volontiers : quant vinrent al ferir.