Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/297

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

100Car cil ert plus joiant qe sol avoit tocé
Ou lu o la coverte dou detrier sejorné.
Neo laserent aler, qand le roi oit crïé :
« Or civauciés avant, frans barons onoré,
« Trosqement a ma tende ; la l’avrons festoié. »
105Adonc s’en vont çantant a mout gran alené,
Disant : « Hec est dies q’avons tant desiré,
« Quam fecit dominus. Il en soit mercïé,
« Quand rendu n’a la flor de olité :
« Huimés serons tretuit aluminé,
110« Qe ja qart an somes stiés avoglé. »

En tiel mainere com avés entendue
Se vont François çantant, baordant por la menue,
Loant a aute vois l’aute Vergne asolue,
Q’il ont la flor dou segle, qe piece i fu tolue,
115Q’en terre outremarine avoit esté perdue
A suen santisme honor, e or li est rendue :
« Venite, exultemus ! » cescun Frans breit e hue,
« Por la noble engendree que Deu nos a rendue
« Qe conceï Milon en Bertaine sa drue. »
120Ensi s’en vont cantant, sens autre retenue,
Trosque ao trié Çarllon ; la ferent desendue
Le niés ao roi de France, Salemon eo cont Hue,
Gondelbuef le Frixon, Sourbuens Barbe-Canue :
Gainelon de Maiance li fist gient receüe.
125Ci tourne Nicolais a rimer la complue
De l’Entree de Spagne, qe tant est stee escondue
Par ce ch’elle n’estoit par rime componue
Da cist pont en avant, ond il l’a proveüe

    — 100 cf. v. 15618 — 106 Diãt — 107 Quãt — 108 Le mot olité paraît fautif ; mais je ne sais par quoi le remplacer

  1. — 117 exultemur — 119 bẽtaine — 126 tãt estee e.