Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/296

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Qe n’eusiés mie se vos m’eusiés baili
« Doble tant terre q’en oit le roi Davi,
« Qand avrai la conpagne de l’ome beneï. »

IV[1]

Le roi feit montier Sanses, por la main l’oit cobré ;
75Pués sunt le petit pas enver l’ost civacié.
Le roi conte a Rollant com Sanson fu tüé
As murs de Pampelune l’amirable citié,
Ond sera mout dolant tant q’il sera vençié.
« Sire, si serai jé », dit Rollant l’avoé,
80« Mes de cose q’est morte om n’i a recovré ;
« A demenier plus duel teng je grand folité,
« Mes proier por sa arme le Roi sacrifïé
« Ch’en suen saint Paradis il l’ait hui aoberçé ;
« E si croi bien qe ja il li soit aporté,
85« Qand en suen saint honor fu en Spagne tüé.
« Se Sanson est perdus, Sanson est recobré
« Qe ni est mie pis de cors e de bonté,
« Si ne croi pas q’il soit le çinçe jor pasé
« Q’a plus de .IIII. mille avront le cief coupé. »
90Tant tost come cist mot il oit dit e finé,
Voit venir le çamin tot covert e rasé
304 aDe Frans e d’Alemans, qi a cival, chi a pié ;
Baourdant vont encontre, girlandes ont porté ;
Cascun avoit suen heome as espales lacié
95Pour doute q’il n’insist Mageris l’amiré,
E, qand l’encontrerent, autemant ont crïé :
« Diés ! qe bien viegne la flor de Crestenté ! »
E qand le duc li voit, tendremant a ploré
Por la gient q’il veoit qi menoit tiel pieté,

  1. — 78 Ond serai — 79 Si serai ie sire — 81 tegne g. f. — 88 E si — 90 T. t. cõ c. m. loit — 93 gulãdes — 97 crestẽce.