Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/294

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Hor la preniés, douz fil. » Ce dit l’empereoir.
E quand Rollant l’entend, as piés li veit ceoir :
« Hey ! sir », feit il, « ce peüst remanoir !
15« Ne place Dieu, que veust l’aspre mort boir,
« Tant com viviés, vous toile vetre honoir,
« Ains l’acroistray, s’en avray le pooir. »
Le roi le drece, pués munte ao cival soir.

II[1]

Le roi drece suen niés pour sa blance man destre,
20Muntier li fist sour le bay de Tolestre,
A destre part le mist, Salamon a senestre.
Le duc li veit contand cun sour Païene geste
Il avoit enduré grand paine e grand moleste,
E cun il combati Pelia le rubeste,
25E sconfist Maoqidant, que tant avoit poeste,
E com a Anseïs il mist corone en teste
Dou regne Maoqidant, chand pour luy fist encheste,
E com ao retornier il trova en la foreste
Sanson le saint hermite, qe fu Romein ancestre,
30E com em brais moruit dou chevaliers honeste.
A mot a mot li conte, sens parolle silvestre,
Tot si com ao scolier feit licion le mestre :
Li barons vont darier com li clerge ao preste.

III[2]

L’emperer fu taisant e li barons ausi
35Pour oïr e notier ce qe ou duc a geï.
Le duc li veit contant tot ce qe outre mer fi :
« Sire, ge ne voudroie etre remanu ci

    — 12 douz manque — 16 coile ueire h. — 17 paoir

  1. — 20 colestre — 22 paine destre — 23 Il lauoit — 24 E cũ il cõ il c. — 28 retornie — 29 romei — 30 cou chr̃s h. — 31 ses p. s.
  2. — 35 enocier ; manque a.