Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/29

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dou fort roi Synador novelles e semblant.
Cels lor ont responduz : « Mort est demaintinant ;
« Ne savons sil tuast Oliver o Rollant. »
8580Estorgant les oï, a pué d’ire ne fant.
167 a« Estorges ! » sa cités escrie fieremant ;
Si home le segirent sains point d’arestemant ;
Grandoine de Maroc lor fu aprés seguant.
La oit une bataille et un estor pesant
8585E d’une part et d’autre ; petit en fu le cant ;
Trosque la fin do segle en sera remembrant.
Le sire de Maiance bondist son olifant
Quant Paiens voit venir ensi dobleemant ;
A lui trarent Frixuns, Herupois e Normant,
8590Salamon de Bertaigne ou primer chief devant.
Paiens voit arester un petit li auquant ;
Il a dit a ses homes par mult fier mautalant :
« Alon les a ferir, nes alons redotant ;
« Ja les verois fuïr, par le mien esciant. »
8595Cels respondent ensanble : « Toz a vestre comant.
« A l’onor Damediex e de sa glixe sant
« E du baron saint Jaqes et in servis Rollant
« Monstrerons ja tantost se lor seruns aidant. »
A cist mot esperonent trestut comunalmant.
8600Storgant dist a Grandoine : « Esgarde apertamant,
« S’anc veïs a besoigne nulle gient plus vallant. »

CCCLXVI[1]

Mout redote Grandoine François, quant il les voit ;
Mais en lui oit vasal coraços et adroit,

    — 8579 sil niast — 8580 a pui — 8588 uoĩt uenir ensi deblecinan — 8589 hempois — 8593 uos aleũs õdorãt — 8594 ueoris f. ꝑ la mein e. — 8595 C. responderent e. troz a u. c. — 8596 demadiex — 8598 seruns atant — 8599 esperonerent tut.